Quel avenir pour la carrière des femmes RH ?

Que souhaitent les femmes RH pour leur carrière ? C’est la question que je me suis posée ces derniers temps. J’ai beau échanger avec elles au quotidien, que ce soit via le podcast, au téléphone, dans le groupe Facebook… Difficile de savoir comment est l’état d’esprit global, et comment se positionnent aujourd’hui les femmes de la communauté vis à vis de leur carrière à long terme. J’ai donc proposé il y a quelques semaines, un questionnaire à la Sororité RH afin de connaître leur situation actuelle, et leurs souhaits pour le futur. Au delà de ça, je souhaitais pouvoir mesurer le degré de volonté des femmes RH à se lancer dans un statut indépendant, car si vous avez lu cet article, vous savez que je réfléchis de plus à plus à cette idée de changement de statut, au conflit d’intérêt que rencontrent beaucoup de RH salariées, et à de quoi ont besoin celles qui souhaitent changer de statut.

J’ai obtenu 340 réponses. Voici les résultats !

J’ai découpé mon questionnaire en trois parties : les questions pour les RH en poste, les questions pour les RH en recherche, et les questions pour connaître le point de vue de celles qui réfléchissent de près ou de loin à l’idée de se lancer comme RH indépendante, quel que soit leur statut actuel.

Que font-elles aujourd’hui ?

Les répondantes en poste sont à 44 % des RH de la fonction généraliste et représentent donc la majorité, mais beaucoup d’autres métiers/statuts sont mentionnés : Salariées de la paie (3%), recrutement (10%), étudiante (10%), consultante (4%), en recherche d’emploi (6%)…

Je n’ai pas été étonnée par ce chiffre, car beaucoup des contenus que je crée vont parler particulièrement aux RH généralistes, car c’est le métier que j’exerçais moi même avant de fonder la Sororité RH. Ce qui ne veux pas dire que je ne m’adresse pas aux autres !

Sur la question du statut, 51 % sont cadres, 13 % de statut technicienne / agent de maîtrise, 17 % sont de statut employé, et 17 % ont d’autres statuts (étudiante, en recherche d’emploi, indépendante, etc)

J’ai cette fois été un peu plus surprise, agréablement, par la forte proportion de cadres. Ce chiffre signifie t’il que beaucoup d’entreprises sont prêtes à donner le statut cadre à leur RH, ou que seulement les cadres répondent aux questionnaires ? Le mystère reste entier !

Je me suis ensuite adressée aux RH en recherche d’emploi. Je souhaitais connaître la volonté de ces RH concernant leur avenir professionnel et il apparaît que 50 % d’entre elles souhaitent rester salariées, 26 % sont ouvertes à l’idée d’être indépendantes, et 24 % hésitent. Le ratio est donc à 50/50 entre le salariat et l’entrepreneuriat.

En ce qui concerne les RH en poste, c’est un peu différent. A la question de savoir si elles souhaitaient quitter leur poste actuel, 34 % souhaitent rester où elles sont, 26 % cherchent déjà ailleurs, 14 % souhaitent chercher ailleurs, et 12 % hésitent. Ainsi, 66 % des RH en poste ne sont pas satisfaites de leur situation actuelle !

Donc pour aller plus loin, je leur ai demandé si elles considéraient envisageable le fait d’ajouter des missions freelance à leur poste actuel. 37 % réfléchissent à cette possibilité. 6 % le fait déjà. J’ai été surprise de cette grosse proportion, quand on sait à quel point le quotidien d’une RH peut être chargé ! Serait-ce une solution à une non satisfaction déjà expérimentée par bien des professionnelles ?

Mais tout de même, 70 % des répondantes expriment le fait que si elles quittaient leur poste actuel, ce serait pour rester salariée. 11 % assument une volonté d’indépendance, et 11 % veulent complètement quitter le monde RH.

Une réflexion autour du statut indépendant ?

Il semblerait donc qu’il y ait une volonté assez générale de tenter le statut indépendant, mais encore beaucoup de craintes. Les dernières questions viennent confirmer ce fait.

56 % des répondantes évoquent des craintes liées à la perte de sécurité, et à la peur de ne pas trouver de clients. Craintes qui sont tout à fait compréhensibles, pas simple de se lancer ! D’autres craintes ont été évoquées par les répondantes : se sentir légitime, trouver comment se vendre, le contexte actuel qui n’aide pas à être sereine…

Je m’attendais à ces craintes exprimées, alors j’ai posé la question : comment aimeriez vous être aidées ? En proposant quatre options : un accompagnement individuel, un accompagnement collectif, une formation, et une agence dédiée pour éliminer l’aspect prospection, qui peut faire peur.

Les répondantes ont répondu en priorité l’agence dédiée aux RH, puis la formation. Ce qui m’a fait très plaisir, car ce sont mes idées préférées aussi. Je sais que ce qui peut effrayer, c’est de ne pas savoir où commencer, et l’aspect prospection, qui peut être complexe et intimidant.

D’autres idées ont été proposées : des opportunités de réseautage avec des dirigeant.es, un réseau de personnes s’étant déjà lancées, une société de portage salarial pour les RH…Et un meilleur contexte économique, mais ça il ne faut pas y compter pour tout de suite malheureusement !

Mais il y a déjà une chose que nous pouvons faire, et c’est la surprise dont je vous avais parlé. J’ai envie d’organiser un grand live pour réunir toutes celles qui se posent des questions sur le statut de RH indépendante, qui veulent partager leur état d’esprit, qui veulent échanger entre paires sur le sujet. J’ai demandé à des RH déjà indépendantes de mon réseau de faire l’animation de ce live avec moi et ainsi nous pourrons répondre à vos questions et imagine ensemble le meilleur accompagnement possible pour les RH qui veulent se lancer. Ce live aura lieu autour de la mi mai, je vous communique la date et toutes les informations dès que c’est acté ! Restez connectées ! 😉

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

2 commentaires sur “Quel avenir pour la carrière des femmes RH ?

Ajouter un commentaire

  1. Merci Marie pour ce partage très instructif. J’ai déjà assisté à deux « live(s) », l’un sur le portage salarial (pur et dur) avec « RH Solutions » et l’autre à l’occasion d’une présentation d’un organisme, One RH, qui se qualifie de communauté collaborative avec mise en commun de certains moyens (formation, locaux). Dans les deux cas, le consultant RH doit aller chercher le client et construire sa tarification. J’en ai retenu qu’il fallait faire beaucoup d’heures (temps de préparation + intervention sur site) pour se verser un salaire de SMIC + 10 à 20 %. Bref, j’avoue que ça m’a plutôt effrayée, d’autant que la retape marketing n’est pas dans mon ADN. Du coup, ça me bloque.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :