ANALYSE – RH de la Vraie Vie – Ep3 – Louise : la fougue de la jeunesse


Cette semaine, j’ai eu la chance de discuter avec Louise, alternante RH depuis un an. Sa première année dans le métier a été effectuée dans une entreprise familiale du secteur industrielle, une PME bien à l’ancienne avec un management paternaliste et une certaine difficulté à se mettre à la page des défis actuels, on peut citer en exemple flagrant, le télétravail.

La crise actuelle a de positif qu’elle n’a pas créé de nouveaux problèmes, elle a plutôt mis un gros coup de projecteur sur les problèmes qui existaient déjà. Cette entreprise, comme beaucoup d’autres, n’avait pas du tout investi dans le mise en place du télétravail, et s’est retrouvée dos au mur en 2020. Ce sont les entreprises qui ont pris de l’avance sur les défis à venir qui font la différence en temps de crise.

Louise, pour une première année dans les RH, s’est retrouvée avec beaucoup de responsabilités, intégrant un service RH qui compte avant elle une unique RH, combinant également les fonctions de RAF, qui avait pris ses fonctions sans réellement connaitre le métier.

Aussi Louise débarque comme un chien dans un jeu de quilles, avec ses espoirs, sa vision des RH, teintée de beaucoup d’optimisme…Et découvre la réalité d’une PME française au management paternaliste. Tout est à négocier, même l’achat de simples mugs au logo de l’entreprise. Tout est un combat pour prouver sa légitimité à exercer comme RH. Mais Louise est combative et tisse peu à peu des connexions avec les salariés, se fait apprécier des uns et des autres, essaie d’améliorer une ambiance loin d’être toujours au beau fixe. Dans un environnement qui manquait d’humanité, elle apporte nouveauté et dynamisme et tente de faire évoluer les mentalités. Pour passer de l’ancienne époque…à la nouvelle.

Car pour Louise, RH c’est cela, être empathique, accompagner chaque collaborateur dans son parcours, poursuivre le résultat stratégique et économique mais gérer surtout l’humain. Les mêmes raisons qui m’avaient dirigée vers ce métier à l’origine.

Mais dans certains environnements, nous pouvons vite être découragées. Parfois, j’avais vraiment l’impression de me battre contre des moulins à vents…Si l’entreprise dans laquelle nous évoluons en tant que RH, a décrété que le service n’est pas à privilégier, il sera difficile de forcer à leur faire adopter un autre point de vue !

Louise, qui semble profondément optimiste, a su tirer le positif de la situation et a de toute façon quitté cette entreprise pour un poste de chargée de projets RH, ce qui l’enthousiasme beaucoup. Si elle avait choisi les RH comme carrière, c’était pour mettre à profit ses qualités d’organisation, sa rigueur, ses compétences juridiques et linguistiques, associés à une gestion humaine, en accord avec ses valeurs.

Après trois épisodes, une composante commune semble revenir : RH, ce n’est pas le métier dont on rêve enfant, ni même au lycée. Ce n’est pas le métier qui est évoqué en premier lieu dans les journées orientation professionnelle, aux côtés des pompiers, infirmières et coiffeurs. RH, c’est plutôt le métier que l’on découvre au détour d’une rencontre, d’un stage, d’un entretien. Il faut pouvoir se projeter au delà de “la personne qui recrute et licencie”. Et comme je l’ai déjà évoqué dans un autre article, les RH elles mêmes un cercle vicieux qui fait que plus notre métier est méconnu, plus il génère des projections hasardeuses du grand public sur nos réelles activités et notre supposé attachement au grand patronat, quitte à licencier notre propre mère. Par peur de se faire reprocher des choses, nous nous isolons dans notre poste, et par cet isolement, les projections continuent. Rompez le cercle en n’hésitant pas à partager votre quotidien à vos collaborateurs. En vous connaissant, ils comprendront qu’aucune RH ne se lève le matin en se demandant quelle tête elle va couper.

Il semblerait que Louise soit allée dans cette voie, en discutant à la machine à café, en déjeunant avec les autres salariés, et que ça lui ait plutôt bien réussi, lui permettant d’élever un peu l’ambiance parfois morose de son entreprise.

Elle aussi, comme beaucoup, est arrivée avec cette idée qu’on nous transmet : “ne sois pas trop amie avec les salariés, garde la distance”. Et puis, comme j’en avait fait l’expérience aussi, se rapprocher des salariés ne cause pas tant de tort que ce qu’on nous raconte. Au contraire, Louise a découvert des personnes intéressantes et même, cela l’a aidée à avoir une position qui lui convienne dans son entreprise. N’ayez pas peur de vous rapprocher des collaborateurs, il y a tout à parier que cela vous apportera bien plus que ça vous desservira.

Louise a une vision assez intéressante de la place de la RH dans une entreprise : cette professionnelle en position de pouvoir, diabolisée mais aussi enviée et respectée, cette personne qui a du poids dans les décisions. Je lui souhaite d’obtenir cette place qui, on le voit, n’est pas toujours tenable suivant l’environnement professionnel…

Louise ne s’y trompe et confesse qu’elle aimerait que cet aspect contact humain, ce côté psychologique qu’elle essaie d’insuffler à sa pratique, soit plus reconnu. Que cette composante informelle de son métier, devienne officielle.

Aussi, faute d’officialisation, Louise raconte s’être progressivement désolidarisée de la direction, et être allée plutôt “du côté des salariés”. J’ai eu le même vécu, et il peut être compliqué de vivre cette situation comme un choix à faire. Mais est ce vraiment possible d’être parfaitement objective et neutre? J’en doute fort.

Car la grande question des RH reste la même : une RH peut elle rester parfaitement impartiale? Les votes sont ouverts…

En fin de conversation, Louise reste résolument optimiste : elle croit à la gestion humaine des RH et projette des progrès de la part des entreprises, aidées par la digitalisation pour proposer des missions aux RH basées davantage sur l’accompagnement humain. Nous verrons si l’avenir lui donne raison…

Je la rejoins cependant sur une chose : nous sommes nombreuses sur le marché de l’emploi RH, et notre personnalité pourra faire la différence. D’où l’intérêt de vous connaitre, vous et vos valeurs ! Pour trouver l’entreprise qui verra que vous faites la différence parmi toutes les autres candidatures 😉

Pour finir, le conseil de Louise me parait hyper pertinent et actuel : ne vous isolez pas. Même en télétravail, essayez de garder le contact. Ce sera bénéfique pour l’entreprise mais aussi pour votre équilibre !

Et si vous souhaitez une vision et un accompagnement plus précis sur votre situation personnelle, j’ai décidé de relancer les accompagnements individuels. L’idée n’est pas de répondre à des problématiques techniques, mais bien de vous accompagner sur la perception que vous avez de votre poste, de votre carrière de RH et vous montrer que vous êtes plus puissante que vous ne l’imaginez. Un coup de boost qui peut être bienvenu en cas de doute.

 Alors si cela vous intéresse, rendez vous sur la page « Coup de Boost RH » pour avoir toutes les infos !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :