ANALYSE – RH de la Vraie Vie – Ep 2 – Lucie : une dernière chance aux RH

Cette semaine dans le podcast des RH de la Vraie Vie, j’ai reçu Lucie, RRH dans le secteur des travaux publics. Pour celles qui ne l’aurait pas encore écouté, rendez vous ici.

Lucie nous livre un témoignage particulier : elle a envisagé de changer de métier et quitter les RH. Je suis sure que pas mal d’entre vous ont déjà muri cette réflexion également, je ne vous jetterai pas la pierre

Lucie évoluait donc dans une entreprise qui considère, à l’instar de celle de Patricia, de l’épisode 1, la fonction RH comme un centre de coûts et non comme une fonction stratégique pour l’entreprise. Bien des dirigeants considère que le droit du travail leur met des bâtons dans les roues pour pouvoir donner à leur entreprise la direction qui leur convient. Et de l’autre côté, bien des RH ont elles choisi ce métier pour l’attrait humain qu’il constituait, et avoir la possibilité d’influer sur la stratégie de l’entreprise, qui passe aussi (et surtout, d’ailleurs) par l’aspect humain et la gestion des compétences des individus qui composent l’entreprise.

Lucie a donc envisagé de se reconvertir, et finalement une solution inattendue lui a permis de rebondir : changer d’entreprise.

Pourtant, elle avait conscience qu’il y a des entreprises qui donnent une place plus agréable à la fonction RH, l’ayant déjà observé en alternance. Seulement, et j’avais fait le même constat, cette latitude laissé aux RH dépendait beaucoup du fait que l’organisation avait un historique lié au secteur public. Et pour avoir travaillé à la fois dans le privé et le semi public, ce sont deux mondes différents

Alors cette lassitude venait elle de là, se dire que secteur privé et intérêt porté à la fonction RH sont incompatibles? En tous les cas, le destin a décidé d’insister auprès de Lucie en lui apportant une solution sur un plateau : c’est l’entreprise qui la contacte, elle qui n’avait osé postuler à cette création de poste, qu’elle jugeait inaccessible.
Un poste qu’elle décrit comme “intermédiaire” : une place stratégique pour la fonction RH, avec bien sur tout de même, des aspects un peu plus compliqués à gérer : disciplinaire, conflits humains…

Lucie souligne donc comme difficulté le fait de gérer émotionnellement l’imprévisible. Forte composante du métier de RH, car lié à l’humain, et l’humain est par nature, imprévisible. Lucie confie utiliser le sport comme sas de décompression, à vous mesdames, si vous ressentez aussi cette pression, de trouver votre propre sas. Il peut être varié : exercice physique, expression artistique, lien avec des amis, sa famille, activité personnelle réconfortante, développement personnel…Mais le principal selon moi est de travailler sur l’acceptation de ce côté imprévisible et surtout ne pas le prendre personnellement. Il n’est pas du devoir de la RH d’être parfaite et d’éteindre tous les feux en s’oubliant elle même. Même sous la pression, essayez de conserver le maximum de sérénité, pour votre propre bien être, qui est bien aussi important que celui de vos collaborateur.ices

Lucie a donc maintenant une place stratégique dans son entreprise, sa place au codir, des projets enthousiasmants et même une équipe pour l’accompagner. Elle nous explique que cela a été possible car son entreprise a réalisé que les hommes et les femmes qui composent la société SONT véritablement la société. Cela a été encore plus facile à réaliser dans ce secteur qui ne peut compter sur l’aide de machines, mais cela devrait, en 2020, être réalisé par toutes les directions. Aucun secteur ne peut encore fonctionner sans l’intervention humaine, qu’on se le dise.

L’entreprise de Lucie montre également son investissement en RH via les embauches qu’elle réalise pour la soulager : heureusement, Lucie a su déléguer efficacement et aujourd’hui elle peut envisager de nouveaux projets à plus long terme, pour le bien de ses équipes. Un joli cercle vertueux !

Mais une chose m’a interpelée dans la suite de notre conversation : Lucie explique qu’elle a recruté une personne “assez speed”, comme elle, ou du moins comme elle doit l’être, peut être “pour survivre”. Alors est elle réellement une personne “speed”, ou petit à petit, s’est elle conformée à ce que ses postes nécessitaient qu’elle devienne pour y être la plus à l’aise sur l’instant?

C’est une vraie question qui m’a beaucoup guidée personnellement dans le fait de quitter le salariat : je trouve que cette façon de travailler a tendance à nous façonner et à nous demander implicitement de nous conformer à ce que notre environnement attend de nous, et non pas à révéler et utiliser notre vraie personnalité…Serait ce possible un jour d’entendre une RH “cool” et qui nous confie que son kif est d’en faire le moins possible dans son job? Et pourquoi pas, après tout?

Lucie évoque ensuite sa vision de l’avenir de la fonction RH, que j’ai trouvé très pertinente : elle imagine de plus en plus d’outils de gestion des RH, ce qui va amener les entreprises à choisir dans quelle catégories elles souhaitent se placer : celles qui se disent qu’avec ces outils digitaux, ils vont pouvoir purement et simplement supprimer les postes de RH, et les entreprises qui choisiront plutôt de faire évoluer la fonction vers d’autres responsabilités, notamment l’accompagnement des managers de proximité.

Il y a surement encore bien d’autres possibilités mais j’aime assez le recul que Lucie prend, et cette question de l’éventuelle disparition du métier de RH en tant que tel. Je considère personnellement que notre profession traverse une crise de sens, et qu’il est devenu d’une complexité infinie de garantir cette posture “neutre” que l’on attend des RH. Alors l’avenir nous dira si en effet, certaines boites choisiront d’éjecter les RH pour s’en remettre au digital, ou si d’autres voies sont possibles…

Mais comme le dit brillamment Lucie, c’est la vision de la fonction RH par l’entreprise qui fait évoluer la maturité du service et des managers. La latitude accordée par une direction à son service RH détermine pour beaucoup l’avenir d’une entreprise, et il serait temps de le réaliser pleinement.

Le message de Lucie permettra tout de même, j’en suis sure, de redonner une bouffée d’espoir à bien des RH qui sont coincées dans une entreprise ne les laissant pas exprimer leur plein potentiel. Alors mesdames si vous pensez qu’une solution est de changer d’entreprise, comme Lucie, n’hésitez plus. N’hésitez plus à postuler. Le pire qui puisse arriver, n’est il pas de ne juste pas être retenue?

Comme nous le disions en conclusion, arrêtons la fausse modestie, il n’est pas prétentieux que d’être consciente de sa valeur et de son utilité dans son entreprise. N’attendez pas des autres qu’ils croient en vous, soyez votre première fan, et le reste suivra.


Et si vous souhaitez une vision et un accompagnement plus précis sur votre situation personnelle, j’ai décidé de relancer les accompagnements individuels. L’idée n’est pas de répondre à des problématiques techniques, mais bien de vous accompagner sur la perception que vous avez de votre poste, de votre carrière de RH et vous montrer que vous êtes plus puissante que vous ne l’imaginez. Un coup de boost qui peut être bienvenu en cas de doute 😉 Alors si cela vous intéresse, rendez vous sur la page « Coup de Boost RH » pour avoir toutes les infos !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :