Et si j’arrêtais les RH?

La semaine dernière, j’ai annoncé une chose que je n’ai pas encore publiquement révélée sur les réseaux : j’ai décidé de clôturer le Club de la Sororité RH, fin juillet. Il aura donc vécu trois mois. Je n’avais pas prévu que ce réseau ait une durée de vie de dix ans, mais je ne pensais pas non plus prendre la décision de le stopper si tôt. Cependant, cette décision s’est imposée assez naturellement suite à réflexion, et après plusieurs jours, j’en suis toujours convaincue, ce n’est pas de cette manière que je peux apporter le meilleur lien entre les femmes des RH, et entre elles et moi.

Je ne remercierai jamais assez les 13 femmes qui m’ont fait confiance dans cette aventure, et sachant que le nombre 13 a une symbolique très particulière pour moi (j’ai un côté rebel qui m’a toujours fait considérer que ce qui porte malheur me porte bonheur : je passe sous les échafaudages, j’adore les chats noirs et mon nombre fétiche est le 13, donc), n’en rend que la joie plus forte.

En ces quelques mois j’ai appris que les femmes RH n’ont que trop peu de temps, aussi il convient de leur offrir un espace concret et pratique, leur offrant réponses et soutien, un endroit tout en un, bien à elles. Je ne sais pas encore comment le formuler, mais le Club ne permettait pas d’offrir cela : trop de travail personnel à réaliser à côté d’un quotidien surchargé, la crise qui est passée par là n’a rien arrangé non plus…Et au delà de ça, j’ai réalisé des choses sur mon rapport au métier lui même.

Il est vrai que la question qui a toujours été au centre de mon rapport aux Ressources Humaines est ce pourquoi. Pourquoi ce métier? Est un choix conscient ou un concours de circonstances? Et pourquoi y suis je restée, alors même que j’envisageais de me reconvertir après chaque contrat, abattue devant la difficulté de la profession?

Après une longue introspection, je commence à avoir mes réponses. Je n’ai pas réellement choisi ce métier. J’ai seulement choisi de me conformer aux désirs de mon entourage, de mes parents, qui m’avaient transmis le message suivant : “choisis le métier que tu souhaites, mais quelque chose de sérieux, qui te donne du travail”. Un message tout à fait entendable de la part de deux personnes elles mêmes déçues par leur propre vie professionnelle.

J’ai également grandi avec la croyance que ma seule valeur résidait dans l’utilité que je pouvais apporter aux autres. Comme je le disais dans l’article “comment rester neutre dans ma posture de femme RH”,

Mon driver le plus fort est “fais plaisir”. J’ai dirigé ma vie vers ce principe que je pensais anti égoïste au possible, car qui reprocherait à un autre de vouloir faire plaisir et d’aider son prochain? Malheureusement, dans tout ça, il y a avait une personne que j’oubliais, c’était …moi.

Le métier de RH réunissait ces deux facettes recherchées : un métier sérieux, et qui aide les gens. De plus, une autre chose est sortie de mon introspection : une certaine position de leader. Si vous suivez mon blog depuis longtemps, vous avez remarqué que ce qui me passionne, ce n’est pas l’aspect technique du métier de RH, mais la place que cette personne occupe dans l’entreprise, particulièrement en tant que femme.

Dans les postes que j’ai occupé en tant que salariée, se retrouvait un aspect de leadership. La place de RH me permettait d’inspirer le respect et une certaine forme de crainte, qui avait pour moi un petit truc de jouissif. La personne qui connait beaucoup de choses, qui peut influer subtilement sur certaines décisions (j’ai développé des techniques de persuasion avec l’expérience…), la personne qui connait les autres acteur.ices de l’entreprise, qui peut les amener à les faire se confier, et qui a une sorte d’ascendant sur elleux, qui acquis donc une forme de pouvoir, mais un pouvoir discret, raisonnable, dans le feutré (la croyance qu’en tant que femme, le pouvoir n’est pas à saisir, restait ancrée). La RH, cette femme de l’ombre qui peut influer sur les carrières mais qui n’est jamais dans la pleine lumière. La pleine lumière, c’est bon pour le (ou la, dans certains cas) P-DG, la direction à proprement parler. En RH, c’est plus subtil. Cet aspect là me plaisait. J’étais dans le fond une leader qui ne s’assumait pas.

En me lançant dans l’entrepreneuriat, j’ai noué une autre relation avec ce dernier point. En me mettant en scène par écrit, en vidéo parfois, par photo sur instagram, j’ai commencé à montrer davantage de moi, à jouer avec mon image et à construire une place de meneuse, et une certaine forme d’influence.

Alors aujourd’hui je me questionne : n’ai je pas envie de transmettre autrement que par la voie des Ressources Humaines? Mon dernier article sur l’épanouissement dans ce métier avait été le début de cette réflexion.

Le constat dans mon cas est donc le suivant : non, je n’ai pas pu être épanouie comme RH salariée, car j’aspirais à autre chose, et je ne sais pas faire semblant, je ne veux pas faire semblant. La vie est courte, je ne veux pas exercer un métier pour l’image qu’il me permet d’avoir, ou par rapport à des croyances qui ne sont pas vraiment miennes.

Ce que j’ai réellement apprécié dans ces trois mois d’expérimentation avec le Club, c’est le bonheur de créer et d’ouvrir les discussions sur d’autres sujets que les RH. Dans les cahiers mensuels, j’ai parlé de sujets aussi variés que de gestion du temps, de cycle menstruel et même d’astrologie ! J’ai envie de poursuivre dans cette voie et de partager avec les femmes, car je reste tout de même très attachée à ce lien au féminin, des sujets aussi variés qu’intéressant car inspirants. Quand j’ai découvert les liens entre cycle menstruel et cycle lunaire, ça m’a inspirée, par exemple. Et je pense qu’il peut être intéressant pour bon nombre de femmes de découvrir ces liens.

Alors je vais expérimenter, continuer de créer, probablement sur d’autres supports, j’ai par exemple commencé à écrire, mais sans me limiter à ce blog qui conserve un lien au professionnel, je souhaite écrire sur le sujet qui m’inspire, pas par rapport à un métier, ni même par rapport au monde de l’entreprise. Je suis dans la gratitude la plus totale de voir que des personnes sont intéressées par ce que je partage, ce que j’imagine et expérimente, alors merci pour cette lecture, et merci pour les prochaines si nous avons l’occasion de se recroiser.

Je souhaite donner plus, grandir, construire ma vie à mon image, un peu plus chaque jour. Aller vers mes envies profondes. Cela nécessite de renoncer parfois à la sécurité, mais du peu que je sais, je peux tout de même vous l’affirmer : quand on a commencé à goûter à la liberté, plus de retour en arrière, et c’est le plus beau. Renoncer à sa sécurité apporte une joie sans pareil.

Mais…Que va devenir la Sororité RH alors? Je ne souhaite pas qu’elle disparaisse. La Sororité RH a déjà commencé à remplir une mission essentielle : lier des femmes au sein d’un métier très isolant. Le groupe Facebook grandit chaque jour, le compte Instagram également, les femmes qui composent cette communauté s’entraident et se répondent en toute bienveillance, et je ne souhaite pas laisser tomber ce lien, qui est précieux. J’ai quelques idées à expérimenter à la rentrée pour voir comment peut évoluer cette communauté, et toute suggestion est la bienvenue dans ma boite mail (sororiterh@gmail.com) ou sur les réseaux.

L’été qui arrive va être probablement pour moi la continuité de cette introspection, et les articles sur le blog seront surement un peu plus rares pendant cette période, je laisserai plus de place à mon inspiration du moment, et si la réflexion n’est pas achevée, cela attendra le moment opportun. Je vous invite à en faire de même, et pour relier à un petit point astrologie(une de mes passions), nous sommes entrés dans une phase de l’année placée sous le signe du Cancer (mon propre signe, qui plus est), qui invite justement au repli introspectif, à la rêverie, à la sensibilité, à l’intime. Prenez ce temps de “self care” pour vous, pour savoir ce qui vous fait vibrer, et pourquoi pas planifier des actions vers le “vrai vous” ensuite. C’est si puissant de réaliser des choses sur son soi. Alors profitez. Créez, dansez, parlez, allez vers ce qui vous attire. Ce n’est jamais une mauvaise décision que de penser à soi. Bel été !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :