Trouver sa place en RH partie 1/3 : penser à son état d’esprit

Nous l’avons évoqué la semaine dernière : chaque femme peut être RH si elle le souhaite, chaque femme peut écrire son poste à sa manière.

Le monde de l’entreprise cherche par tous les moyens à faire entrer des gens dans des cases, car c’est bien plus prévisible et pratique. Pourtant, vous qui êtes au contact des collaboratrices  et collaborateurs au quotidien, vous savez mieux que quiconque que chaque personnalité est différente, que chaque personne a ses points forts et ses faiblesses, ses attraits, ses leviers de motivation. Alors pourquoi se demander à soi même ce qu’on aimerait épargner aux autres?

Je commence ici une série de trois articles car dans trois lundis, se tiendra le premier Atelier de la Sororité RH, à Paris. Trois articles pour retracer les trois étapes que je vous propose de traverser ensemble au cours de ces deux heures d’expérimentation en petit groupe.

Et pour celles qui ne sont pas de région parisienne, ne partez pas tout de suite, cet atelier ne sera probablement pas une édition unique !

Alors pour cette première partie, je vous propose d’évoquer l’état d’esprit, le mindset comme disent les entrepreneurs. C’est une notion qu’on entend beaucoup sur les réseaux sociaux, et que je vois encore plus depuis que je me suis lancée dans ce parcours entrepreneurial. Mais ce n’est pas parce que l’on est salariée qu’on ne peut pas s’y intéresser. Je pense qu’entendre certaines phrases un peu plus tôt dans mon parcours de RH en entreprise m’auraient tellement déculpabilisée, et permis de révéler la façon dont je me voyais être RH, ma vision propre du métier.

Par exemple :

 – “une erreur est toujours rattrapable”.

J’ai été “éduquée” dans mes premiers mois de RH, avec la croyance que si je faisais une erreur, c’était extrêmement grave. Et il faut savoir que je suis de nature assez facilement distraite, je peux manquer de minutie, de patience. Mais ridiculiser une jeune fille parce qu’elle a décalé d’une ligne ses données dans son fichier excel, ça n’encourage pas à persévérer dans la confiance. Quand quelques années plus tard, j’ai eu la chance de travailler avec quelqu’un qui m’a dit “tu sais ce n’est pas grave tant que tu t’en rends compte, toute erreur peut se rattraper” j’ai eu l’impression qu’un poids énorme tombait de mon estomac. Quelle libération ! Je pouvais me tromper ! Et “étonnamment”, suite à ça j’ai fait beaucoup moins d’erreurs…C’est un principe de management de base, mettons en confiance les gens pour obtenir le meilleur…

– ”c’est plaisant de vous voir faire preuve de répondant comme ça”

Je sortais de réunion où j’avais plus ou moins traité la direction de c*ns, alors je ne m’attendais pas à ce genre de réactions. Etant toujours restée dans ce schéma de RH gentille et essayant accommoder tout le monde, j’en venais à oublier mes propres convictions, qui sont pourtant de base assez tranchées, mes proches pourront en témoigner…Alors quand ce jour là, je suis sortie de mes gonds, je m’attendais au minimum à un bon savon. Il n’en fut rien. Les entreprises ont besoin de personnes qui remettent en cause les processus établis, qui les challengent, qui les questionnent. Pourquoi fait on les choses ainsi? Parce qu’on a toujours fait comme ça. Est ce une raison suffisante?

Par la suite je n’ai plus hésité à donner mon avis sur ce dont on me parlait, et si je n’ai pas révolutionné le monde, si je n’ai pas toujours pu me faire entendre, je me sentais au moins en accord avec mes propres convictions, et ainsi beaucoup plus à l’aise dans mon poste que quand je hochais la tête d’un air contrit.

– “OK, alors on va retirer ça et ça de tes taches, est ce que tu penses que ça ira mieux?”

J’effectuais un remplacement très compliqué car j’occupais la place de quelqu’un ayant pas mal d’ancienneté et développé une très grande rapidité d’execution, en travaillant 37h par semaine. Pour moi, c’était mon premier poste, je travaillais 35h et quelques mois après mon arrivée, un service a été supprimé pour raison budgétaire, divisant beaucoup de travail sur les autres salariés, dont la RH. Je frisais le burn out et me réfugiais régulièrement en pleurs dans les toilettes pour fuir les 456 mails en attente et le téléphone hurlant en continu. Puis je suis allée voir mon supérieur et lui ai dit que s’il ne m’enlevait pas des taches de ce qu’il souhaitait voir réalisé, je partais. Il m’a répondu cette phrase, a demandé à d’autres collègues de m’épauler, j’ai retrouvé ma sérénité. Pas si dur au final une fois que j’avais eu ce courage de reconnaître que je n’y arrivais pas.

Ce n’est pas grave d’avouer des difficultés ou un échec. Ça fait partie de la vie. J’ai un échec brûlant encore en travers de la gorge, et qui est très récent : j’avais prévu de réaliser la toute première édition des Ateliers de la Sororité RH vendredi 31 janvier à Rennes. Personne n’a réservé de place, j’ai dû l’annuler. Ça a été un coup dur, bien sur, mais ça m’apprend également des choses, ça me force à me remettre en question, c’est ça aussi qui est plaisant dans l’entrepreneuriat, c’est un parcours initiatique de développement personnel, qui nous force à chercher qui on est, ce qu’on souhaite faire, comment, avec qui, à se projeter, à imaginer sa vie idéale…J’ai plus appris sur moi sur la dernière année que peut être en 10 ans.

Et certains exercices m’ont beaucoup aidée à avancer, à réfléchir à mon vrai moi, celui enfoui sous des couches de “tu dois” “il faudrait que” “tu crois pas que ce serait mieux si”. Aujourd’hui je m’éclate à parler des sujets qui me passionnent et j’aimerais aller encore plus loin. Alors je vous propose de réaliser ensemble ces exercices le 10 février, à Paris. L’atelier “Trouver sa place dans son poste de RH” aura pour but, justement, de vous accompagner sur ce chemin vers vous même et que vous puissiez vous dire en repartant que vous avez commencé à vous rapprocher de celle que vous souhaitez montrer au travail (mais rappelons que 2h c’est très court, il faudra continuer le travail ensuite!)

Dans cette première partie d’atelier, nous parlerons de vos valeurs, de vos aspirations, vous vous projetterez sur votre place idéale, celle où vous êtes alignée, celle où vous savez que vos actions, vos pensées et vos paroles sont en harmonie.

On se retrouve la semaine prochaine pour évoquer la deuxième partie, pour en pratique, dégager du temps, une fois cet état d’esprit (re)trouvé, mais si vous voulez avoir toutes les informations sur l’atelier, lieu, heure, prix, tout est ici sur eventbrite (facile d’accès et payable en CB)

Ne traînez pas trop, il n’y a que 10 places 😉

Je vous dis à lundi prochain pour la partie 2 !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :