Les 5 essentiels du bien-être au travail

2019 est presque achevée, c’est l’heure du bilan. Pour beaucoup d’organisations, un des thèmes majeurs de l’année a été d’améliorer le bien être au travail. On a vu passer d’innombrables idées plus originales les unes que les autres, certaines très intéressantes, d’autres moins, mais j’ai parfois l’impression qu’on oublie, avant toute chose de rappeller les basiques, les points essentiels à traiter avant de passer à la suite. Dans mon expérience de RH, j’ai pu observer et discuter avec toutes sortes de collaborateurs, qui m’ont souvent rapporté les mêmes informations sur ce qu’ils aimeraient améliorer dans leur quotidien pour se sentir plus épanouis à leur poste.

Voici donc 5 essentiels à avoir mis en place en 2020 pour avancer sur le sujet.

Le salaire

Le basique de chez basique. Pourquoi travaillons nous? Ne soyons pas hypocrites, pour beaucoup, le salaire est un critère essentiel dans le choix d’un poste. Et ce n’est pas un problème ! Nous avons en France une culture qui entretient un tabou encore assez présent autour de l’argent, il est encore très mal vu d’assumer aimer ça, et nous entretenons souvent des rapports compliqués avec cette notion. Pourtant l’argent n’est qu’un moyen, une circonstance qui permet d’accéder à des biens, des services dont on a besoin ou envie. Il est temps de remettre au devant de la scène la notion que tout travail mérite salaire, et que chacun.e a le droit d’être payé.e à sa juste valeur. Parlons salaire de manière franche, on y gagnera du temps et de l’énergie. Parlons en en entretien de recrutement, en entretien individuel, de manière informelle entre collègues ou avec son manager. C’est le fait d’entretenir ce tabou qui nous fait faire du sur place. C’est ce tabou qui empêche les femmes d’oser demander une augmentation, car nous avons intériorisé un manque de légitimité, une incapacité à négocier notre prix, et à par là reconnaître la valeur que nous apportons à l’entreprise. Ce peut donc être cette organisation via son management qui encourage ses collaborateurs à reconnaître leur valeur et par là à être plus performants car mieux dans leur peau et moins stressés. Un bénéfice pour tout le monde.

L’autonomie

Une chose qui manque encore cruellement à certaines entreprise à mon sens est le manque d’autonomie des collaborateurs. La résistance au télétravail de bien des entreprises ne fait que prouver ce fait. En 2018, seuls 3% des salariés le pratiquent toutes les semaines…Cette resistance est encore trop souvent liée au fait qu’on associe salarié absent du bureau à salarié inactif. Pourtant de nombreuses études ont prouvé le contraire. Sans les temps de transport, le stress généré par ceux-ci, la possibilité de s’organiser à sa guise, de pouvoir travailler de là où l’on veut, le salarié est plus serein et donc plus concentré, il peut choisir les meilleurs moments de sa journée afin d’être le plus efficient possible. Certaines personnes préfèrent travailler, d’autres le soir ou la nuit même ! Qu’est ce que cela change si les objectifs sont atteints?

C’est pour cela que je milite pour un management à l’objectif, et non au nombre d’heures passées au bureau. Ce serait résoudre le problème du présentéisme que nous connaissons bien, et donnerait l’autonomie qui manque tant à beaucoup de collaborateurs.

Certain.e.s sont président.e.s d’association, gèrent une famille, sont proches aidants, ont parfois une entreprise eux mêmes à coté de leur poste salarié…et devraient demander la permission pour partir 1 heure plus tôt car ils ont un rendez vous très important? Nous ne sommes plus à l’école. Pour avoir des salariés adultes, traitons les en adultes.

La reconnaissance

C’est ce point qui est revenu le plus souvent dans mes nombreux entretiens formels ou informels avec des collaborateurs, la fameuse reconnaissance. Combien de fois avons nous entendu “j’ai l’impression que je ne fais pas du bon travail” “on dirait que mon manager se fout de savoir si je suis là ou pas” “je suis un pion pour l’entreprise, moi ou un autre c’est du pareil au même”…

Moi même j’ai du attendre mon 3ème poste pour obtenir de mon manager un compliment réel sur la qualité de mon travail. Et tous ceux qui ont eu cette chance savent quel bien ça fait, et comment ça rebooste pour la journée. Aujourd’hui, je me booste aux commentaires sur le groupe ou sur le blog, ce sont les mêmes mécanismes. L’être humain est accro à ces shoots d’endorphine, c’est bien pour cette raison qu’on voit tant de personnes “accro aux likes” sur les réseaux sociaux.

Et notons bien qu’il y a une différence entre “c’est pas mauvais, continue” et “bravo, tu as rempli les objectifs sur ce projet, merci à toi”.

Sans tomber dans l’infantilisation, pensons à remercier notre entourage. Ça va dans un sens comme dans l’autre. D’ailleurs, on entend souvent qu’il faut se comporter comme on aimerait être traité. Alors pourquoi pas en 2020 remercier son ou sa manager si nous estimons son travail de qualité? Il ou elle sera d’autant plus enclin.e à nous féliciter le moment venu.

Le sens

S’il y a un basique c’est le sens. Pourquoi suis je ici? Pourquoi ai je choisi de passer là 8h par jours, 5 jours par semaine, 47 semaines par an, 40 ans (voire plus) de notre vie?

Il est possible de travailler sans y trouver de sens, bien sur. Ce n’est pas un but de vie pour chacun.e. Mais si nous en parlons autant de nos jours, c’est bien que nous traversons une crise sur le sujet.

Avec des débats menés sur des sujets de société comme le climat, le capitalisme, le patriarcat, il est devenu primordial pour bien des gens de savoir à quoi ils servent, à quelle cause ils consacrent leur temps. Ticket for change et son fameux “à quoi voulez vous consacrer les 80 000 heures de votre vie au travail?” l’a bien compris, et de plus en plus de gens se retrouvent dans ce discours. Moi aussi, je dois bien le dire, j’ai parfois saturé du salariat et si j’avais commencé une carrière dans le but d’accompagner des gens dans leur parcours d’entreprise, je souhaite aujourd’hui surtout pouvoir actionner certains leviers qui m’ont manquée. C’est de là qu’est née la Sororité RH.

Et vous, savez vous pourquoi vous faites ce que vous faites? Etes vous aligné.e.s avec la raison qui a dicté ce choix? Et si ce n’est pas le cas, êtes vous ok avec ça? Ou essayez vous de trouver des solutions pour y remedier? En cette fin d’année, il peut être interessant de réaliser son bilan et de vérifier son alignement avec sa mission. Elle a pu évoluer, nécessite peut être des ajustements. Peut être vous lancerez vous dans un tout nouveau projet, qui sait !

Au niveau d’une entreprise, c’est dans le cadre de cette quète de sens qu’il est aujourd’hui plus que nécessaire d’avoir un projet d’entreprise solide et construit. La raison d’être d’une entreprise a plus que jamais besoin d’être affirmée afin que chaque personne de l’équipe puisse s’y retrouver et ne pas se demander tous les jours “qu’est ce que je fous là”.

L’équipe RH a elle aussi tout intérêt à voir dans quelle mesure elle contribue à ce projet et quel est son rôle dans cette aventure. Ainsi, elle pourra guider au mieux chaque individu.

Les idées nouvelles

Une fois que l’on est au clair avec ces 4 premiers points, et pas avant, c’est le moment d’innover, de trouver des idées neuves pour mettre du bien-être au quotidien au travail ! Quelques idées en vrac :

– un environnement de travail chaleureux et décoré avec gout, fonctionnel et moderne

– des salles de pause qui isolent du tumulte des open spaces et qui permettent de faire un break bien mérité dans une journée surchargée

– un service de conciergerie pour allèger le quotidien des personnes les plus débordées

-autoriser la sieste, pour recharger ses batteries en début d’après midi, bien loin du cliché de flemmard qui dort au bureau

– organiser des cours de sport, de méditation, de cuisine ou toute autre activité, au bureau ou en dehors, pour décompresser et souder les équipes

-mettre en place un accord de télétravail…

Mais le plus important à retenir, c’est que mettre en place ces idées “tendance” sans prêter attention au reste, aura l’effet inverse de celui escompté. Un salarié qui estime être sous payé ou pas respecté n’aura rien à faire qu’on lui propose un pouf comme fauteuil de bureau ou que des cours de macramé soient proposés sur sa pause de midi. Il ne retiendra qu’une seule chose, l’argent de l’entreprise est utilisé pour des choses qui ne paraissent prioritaires pour personne.

Les idées neuves en bien être au travail sont de très bonnes idées si le bateau n’est pas déjà en train de couler. Vous verrez d’ailleurs très bien que si personne ne se pointe au repas de Noël, aussi bon soit-il, c’est qu’il y a un problème plus urgent à règler.

Ca demande du temps et du courage mais il est necessaire de consolider les fondations avant de refaire la facade…

À ne pas oublier non plus : chacun.e est différent et ne placera pas les critères évoqués dans le même ordre, peut en avoir d’autres, ou même aucun de ceux là. C’est là que l’écoute devient un outil de management indispensable. Pour savoir ce qui manque aux collaborateurs, posez leur sincèrement la question, tout simplement. Ils sauront répondre à la question, tout comme vous même savez ce qui est bon pour vous.

Ce n’est certes pas un exercice facile, j’en conviens. Mais tenter d’aller vers le mieux, c’est déjà positif.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :