Pourquoi le CDI ne nous fait-il plus rêver?

Je n’ai jamais été en CDI, et ça ne me manque pas.

Quand j’ai pu en chercher, c’était uniquement pour des raisons personnelles (en l’occurrence trouver un appartement plus facilement), mais mes convictions ne sont pas en faveur de ce contrat.

On pense souvent que le CDI est un contrat plus sécurisant car nous pensons qu’il peut durer toute notre carrière, mais il n’en est plus rien. Et personnellement, ça m’angoisserait de ne pas savoir quand je pourrais terminer ma mission. L’avantage du CDD est que je sais quel est son terme. Comme ça, même si je me plais plus dans l’entreprise où je me trouve, je peux attendre la fin de mon contrat, puis bénéficier d’allocations chômage en attendant de trouver ma prochaine mission.

Que fait-on en cas de souffrance dans un CDI ? Démissionner signifie se retrouver sans revenu, la rupture conventionnelle peut être refusée, car l’entreprise n’a pas forcément envie de me voir partir, l’abandon de poste peut vouloir dire trois mois sans revenus, alors il ne reste qu’à chercher un autre emploi et espérer qu’il nous comble davantage que le précédent, sinon rebelote, je cherche ailleurs, le temps me serrant au cou à chaque fois, car je ne peux pas prendre le temps de chercher posément.

Mon choix est donc vite fait en faveur du CDD.

Alors on va me dire que oui, le CDI est plus pratique pour “se poser dans la vie”, obtenir un prêt, trouver un appartement…C’est vrai, mais c’est possible de faire sans, je vis dans un joli appartement que j’ai obtenu avec un statut de demandeuse d’emploi.

Et puis les mentalités évoluent et vont continuer d’évoluer. 90% des embauches se font aujourd’hui en CDD. Les entreprises ne veulent plus engager des collaborateurs sur de l’imprécis car (presque) plus personne ne fait sa carrière entière dans la même entreprise. Alors il faudra que l’écosystème (les banques, les propriétaires, l’entourage…) s’adapte lui aussi.

Il faudra aussi stopper cette tyrannie du CDI comme preuve d’évolution dans sa vie, comme si le CDD était associé aux jeunes diplômés, et le CDI à ceux qui “réussissent dans la vie”. La réalité est bien plus complexe, et les CDD aimeraient bien aussi être associés aux décisions de l’entreprise comme les autres, et ne pas être qualifié uniquement de personnel temporaire. Le contrat ne définit pas la personne et ce qu’elle peut apporter à l’entreprise !

On pourra me dire aussi que c’est une affaire de générations, que ce sont les jeunes comme moi qui ne cherchent plus ce sacro-saint CDI. Peut être, mais plus qu’une raison de jeunesse, je pense qu’il s’agit plus d’une mentalité issue de notre histoire. Pour prendre mon cas, j’ai vu mon père se faire remercier et pousser à la démission par toutes les voies possibles après 26 ans de bons et loyaux services. Tous les moyens, même les plus illégaux, ont été usés pour tenter de dégager le salarié devenu inopportun, et deux ans de combat ont été nécessaires pour obtenir une rupture conventionnelle lui permettant de se reconvertir.

Alors non, je n’ai pas envie de suivre l’exemple paternel et donner ma vie à ma boite. Ça sonnera probablement très individualiste, mais dans la société capitaliste où nous vivons, être égoïste permet de survivre.

J’ai choisi toutes mes missions en fonction des compétences qu’elles pouvaient m’apporter afin de me construire le parcours qui me paraissait cohérent. J’y ai eu bien sur à chaque fois des surprises et vécu des expériences fortes qui ont forgé mes convictions jusqu’à aujourd’hui, mais je ne regrette absolument pas cette stratégie.

J’aimerais aussi que soit démocratisé le fait de refuser des postes. Je pense avoir plus souvent refusé qu’accepté un poste, et je pensais que c’était le cas pour les autres également, mais en évoquant le sujet avec mon entourage, je réalise que ce n’est pas le cas. Le tabou du chômage est si présent que le “demandeur d’emploi” (cette expression…pourquoi pas offreur de compétences?) a tendance à se jeter sur la première proposition juste pour ne pas se retrouver “sans rien”.

D’accord, ce ne sera pas possible pour tout le monde, financièrement cela reste un luxe de ne pas pouvoir travailler. Mais à notre époque où notre famille est tout de même encore très souvent en vie, il devrait être possible pour les jeunes et les moins jeunes de se faire aider afin de trouver le poste qui peut leur correspondre.

Et même pourquoi pas, envisager l’expérimentation de nouveaux statuts. On ne nous parle quasiment jamais de la possibilité de devenir entrepreneur, intérimaire sur du long terme, en service civique…Le CDI est tant une norme que dès que l’on en sort, nous naviguons dans un brouillard à vue.

Je pense à vrai dire que d’ici quelques années, le CDI et le CDD à proprement parler se verront de moins en moins, remplacés par des “contrats de missions”. Sortes d’hybrides entre freelance et contrats comme les CDD longs du secteur public, ils permettront à un salarié d’avoir plusieurs mois ou années pour mener à bien la mission qui a été fixée entre lui et l’entreprise demandeuse. Cette évolution a déjà commencé avec le dialogue autour du contrat de chantier. Alors autant commencer à prévenir tout le monde de l’avenir, et de comment s’y préparer au mieux…

Je suis assez tranchée dans mes opinions vous l’aurez compris, et je milite également pour l’instauration d’un revenu universel. Contrairement à ce que l’on pense souvent, les expérimentations sur le sujet réussissent. (voir le livre passionnant de Rutger Bregman, Utopies Réalistes, qui évoque l’exemple d’une ville canadienne ayant éradiqué la pauvreté grâce au revenu de base).

Un revenu universel, cela voudrait dire la fin de l’obligation morale de travailler pour vivre. Nous pourrions vivre de ce que nous aimons faire, travailler dans le secteur qui nous passionne, faire du bénévolat, élever nos enfants si nous le souhaitons…Et cela changerait totalement les rapports de force qui sont actuellement ceux que nous vivons dans notre société. Même pour l’entreprise ce serait une bonne nouvelle. Si ses collaborateurs sont là par choix, ne seront ils pas logiquement plus performants, naturellement?

Sur bien des sujets, nous arrivons à une époque charnière, où il s’agit de se positionner clairement et prendre des actes forts. Planète qui brûle, système capitaliste qui broie les travailleurs, patriarcat qui tente toujours de réduire les minorités au silence…Il est temps de changer, et c’est heureusement en train d’arriver. Mais il est temps de passer la seconde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :