Le RH Bashing : à qui la faute ?

Comment sont vues les RH?

Ça va paraître extrêmement cliché mais quand j’ai décidé de faire des études pour devenir RH, c’était pour l’Humain avec un grand h. Intéressée par la psychologie, la sociologie, les relations entre les personnes, je me disais que ça me permettrait de faire de la gestion, mais de la gestion de vies professionnelles, pas de chiffres sans âme. J’aimais l’idée que derrière ces données, il y a ait des gens, et que ces gens, on puisse les accompagner, les aider, les soutenir.

Je me suis vite rendue compte que de l’autre côté de la barrière, la RH n’est pas vue comme la sauveuse de l’humanité. Bien au contraire. Menteuse, lache, à la botte de la direction… Incapable de répondre à une candidature avec humanité ou de traiter positivement une demande de formation.

Alors soit les être humains ont l’extraordinaire capacité de ne se souvenir que des évènements négatifs de leur vie…soit ils ne comprennent juste pas le métier de RH.

En effet, si vous posez la question à quelqu’un qui n’a jamais approché le métier, on vous parlera d’abord de recrutement/licenciement (“alors t’as viré combien de personnes cette semaine?” “rires gras”) voire de paye, mais souvent c’est tout. Vous savez comme moi que nos journées sont bien plus remplies que ça.

On vous dira aussi qu’être RH c’est facile, c’est à la portée de tout le monde. Tout le monde sait recruter. Ne faut il pas juste écouter distraitement le candidat, faire semblant de lire son CV, le renvoyer et ne jamais le rappeller, avant de recruter le fils de l’ami du patron? Et les payes, tout est automatisé de nos jours ! Tu appuies sur un bouton c’est tout. Viens pas nous dire que tu fais un métier difficile, on te rira au nez.

Alors pourquoi ce métier reste t’il si obscur et pourtant paraître si accessible?

RH dans son milieu naturel

Pourquoi cette réputation?

Le métier de RH est un rôle extrèmement particulier qui ne permet de s’intégrer nulle part. La RH est à la fois émissaire de la direction qui peut lui demander d’appliquer des directives qu’elle n’approuvera pas mais qu’elle ne se sentira pas autorisée à critiquer (“n’oublie pas qui te paye”) et de l’autre côté, elle doit être le soutien des collaborateurs, les accompagner dans leur vie professionnelle,leur donner envie de venir travailler, porter les projets professionnels de chacun, tout en permettant la réussite du groupe et de l’entreprise généralement. Vaste programme !

Ainsi condamnée à se tenir entre le marteau et l’enclume, il y a de quoi être découragée. Et voir en plus du reste que ce métier souffre d’une réputation de briseuse de carrière et de menteuse soumise, on se demande bien pourquoi on est toujours là !

Pourtant, c’est le cas. Il y a encore plein de gens qui souhaitent se reconvertir en RH, se lancer dans des études RH, continuer dans leur poste malgré les difficultés…

Et ce n’est pas pour ça que les RH n’ont pas leur part de responsabilité.

Alors certes, la direction de l’entreprise se sert souvent de sa RH pour transmettre les messages qui auront du mal à ne pas faire grincer les dents. Oui, pas mal de managers se déchargent sur elle des sujets difficiles à traiter (“je sais pas, vois avec la RH, elle sait toujours tout”). Oui, c’est compliqué de parler trajectoires de carrières, vies personnelles compliquées, compétences à valoriser en comité de direction quand en face on cause chiffres, rentabilité, dividendes et surtout tout, tout de suite, quand les RH c’est du long terme, de la construction en commun, de la projection. Mais…

Comment y remédier aujourd’hui?

Il y a tout de même des choses que je vois dans les services RH qui mériteraient de s’y pencher quelque peu.

 – stop à la culture du secret : je le sais, j’ai été bercée par ça moi aussi. Non, une RH ne peut pas être trop proche des salariés. Non, une RH ne doit pas parler de sa vie personnelle. Non, une RH doit conserver une posture digne, distante (pour ne pas dire froide) car elle est liée à la direction, et les collaborateurs n’ont pas à tout savoir. Et pourquoi pas? C’est autant leur boite que celle de la direction. Pourquoi ne pas arrêter ce secret qui étouffe les relations et dire ce qu’on pense, quand on le pense? Et d’un côté comme de l’autre. Dire au collaborateur : “je ne sais pas”. Dire au patron “je ne suis pas d’accord avec ça et je refuse de l’appliquer”. J’ai fait le test, et je n’ai pas été licenciée dans la journée. Au contraire, on a loué ma “force de caractère” (ok j’arrête de me lancer des fleurs)

– stop au rôle de “maman” : j’ai effectué plusieurs remplacements en poste généraliste et ai beaucoup observé cette façon de tenir le poste. Plus que RH, elle se propulse au rôle de “parent” des collaborateurs et doit tout accepter. Depuis les feuilles d’impots à remplir en passant par le reporting à faire de 3000 manières différentes parce que pas destiné à la même personne, jusqu’à “peux tu me réimprimer tous mes bulletins de salaire, ils ont été mangés par mon chien” (véridique)…Pas étonnant que les journées passent à une vitesse supersonique! On a pas le temps de tout faire. Il faut donc apprendre à dire non. Et s’y tenir. La RH n’est pas sensée tout gérer, centraliser les clefs,faire les badges, la maintenance des imprimantes ou je ne sais quoi…elle est sensée faire de la RH. Et c’est un métier qui est bien assez chargé pour ne pas se rajouter des tableurs Excel par dizaines ou des services à rendre tous les 10 minutes. D’abord on fait l’urgent. Le reste on verra après. Et ça passe aussi par réduire drastiquement le reporting, automatiser certaines procédures, demander de l’aide à des collègues d’autres services…et donc forcément briser cette culture du secret et ne plus être aussi seule qu’auparavant, mais pour le bien de l’entreprise, donc des collaborateurs. Du temps libéré sera d’autant bénéfique pour les accompagner dans leur projet professionnel !

Le dernier point est je trouve particulièrement important. La profession RH est très féminisée et contribue à demander à ces femmes de tenir ce rôle de pseudo mère. C’est une profession qui, parce qu’elle est féminisée, est décridibilisée de fait. Victime des clichés sexistes, le métier est considéré facile car accessible aux femmes, et accepter de rendre tous ces services décribilise également la profession car ne responsabilise pas les collaborateurs. Alors oui au début on m’a dit “t’es pas gentille”. Mais gentille n’est pas mon métier, c’est RH.

Quand j’ai pu les recevoir quelques mois plus tard un par un pendant une heure pour parler de leur parcours pro, ça a été apprecié…

Je ne vous dis pas ça pour prouver que je suis un exemple à suivre, loin de là. J’ai moi aussi fait des erreurs dans mon métier, manqué de courage, me suis écrasée face à la direction, pas donné suite à des candidatures. Mais avec le temps j’ai essayé de trouver des astuces pour m’améliorer et dégager du temps pour m’adonner davantage à ce qui me plaisait dans le métier.

En conclusion : le chemin sera long bien sûr pour faire évoluer la profession et faire changer la réputation des RH. Et l’idée ici n’était pas de vous démoraliser, bien au contraire. Les RH disposent d’un grand pouvoir dans les entreprises et j’ai l’impression qu’il pourrait être plus exploité. Nous disposons des informations des deux côtés, de la direction comme des collaborateurs. Nous sommes animées par l’Humain, et avons la volonté de faire évoluer l’entreprise dans la meilleure direction possible. Alors allons y ! Marche après marche, nous pouvons valoriser les parcours de chacun, proposer des idées nouvelles, refuser celles qui ne nous conviennent pas. Une direction ne peut pas avancer sans ses collaborateurs, c’est eux l’entreprise. Et la RH en fait partie. Elle peut prendre ce rôle de représentation à bras le corps et mener de grands projets. J’ai hâte de pouvoir en parler plus en profondeur avec vous, ce sujet me motive tant.

Qu’en pensez vous de votre côté? Motivées par le défi?

sources :

https://peopleandcultureblog.wordpress.com/2019/07/31/rh-un-metier-pas-si-facile/

https://rhquivousveutdubien.typeform.com/report/sTg4LO/1MBXelR630DOQcYn

Un commentaire sur “Le RH Bashing : à qui la faute ?

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :